Pour une énergie locale

Après cinq années de concertations et d’élaboration le projet devrait s’achever fin 2010.

Alan coraud pour une énergie locale (cliquer pour agrandir)

Un chantier de construction de quatre éoliennes est en cours sur les communes de la Remaudière et du Landreau depuis octobre 2009 et devrait être livré fin 2010. Deux éoliennes seront sur la commune du Landreau et deux autres às La Remaudière, espacées de 500 mètres chacune, conformément à la loi. Les quatre éoliennes fabriquées par la société Allemande Enercon, culmineront à 99 m de hauteur pour l’axe central et 134 m en bout de pales. Leur construction représentera tout de même un coût total de dix millions d’euro. Au niveau du rendement, c’est une production de 9 millions de Kilowatt heures par an qui sont prévus; soit la consommation annuelle de 10 000 habitants. La construction est actuellement suspendue jusqu’en septembre pour des raisons écologiques. « Il s’agit de ne pas nuire à la nidification des chauves-souris » explique, Alan Coraud, maire de la Remaudière et fervent supporter du projet éolien. Il sera d’ailleurs le plus proche voisin des éoliennes.

Pas d’opposition mais du temps

Il confie : « Il n’y a pas eu d’opposition de la population car nous avons fait une concertation en amont. Cela fait cinq ans que nous travaillons à l’élaboration de ce projet » ajoute-t-il. « Quand on prend le temps d’expliquer les choses on arrive beaucoup plus vite à un accord ». Le maire s’étonne cependant de la lourdeur administrative qui a, selon lui ralentit ce projet : « En Allemagne il suffit d’une année entre la préparation et le lancement de la construction ». De nombreux critères entrent en ligne de compte : les couloirs aériens civil et militaire, l’impact écologique et visuel, la proximité des habitations et bien d’autres, qui expliquent ces cinq années préliminaires au lancement du chantier.

Une énergie de proximité

L’énergie de ces éoliennes sera consommée sur la commune de Vallet et de ses alentours.« C’est une énergie de proximité, c’est le contraire de l’esprit jacobin », précise le maire. « A l’avenir, je souhaiterais qu’il y ait de plus en plus de petites structures locale de production d’énergie, cela permettrait notamment d’éviter les pertes ». En effet, avec les lignes à haute tension qui traversent le territoire, on peut accumuler jusqu’à 30 ou 40 % de pertes entre l’endroit de production et la zone de destination. Dans le cas de ces éoliennes, le poste source se situe au nord de Vallet. « Ces unités de production locale sont une lutte contre le gaspillage » renchérit Alan Coraud. « On pourrait envisager une complémentarité avec des panneaux solaires qui sont au maximum de leur rendement pendant l’été alors que les éoliennes battent le plein d’énergie en hiver. C’est une énergie très compétitive, elle ne revient qu’à 8 centimes d’euro le Kilowatt ».

À noter que des entreprises du département ont pu profiter de ce chantier : la société Blanloeil a réalisé les travaux de terrassement et la société Lafarge d’Annecy, le béton utilisé pour les pieds des éoliennes.

Leave a Comment