8500 commerces fermés en 2013

commerces fermés

Dans l’Hexagone, 8500 commerces ont définitivement baissé le rideau en 2013.

Et combien d’artisans, de TPE, PME et ETI ont fait de même ?
Partout, y compris là où l’activité fonctionne bien on ressent une grande lassitude de la part des managers, chefs d’entreprise et salariés.
C’est une spécificité française.

Les raisons ont été maintes fois données par des économistes, politologues, sociologues, nous subissons un fonctionnement étatique asphyxiant.

Trop d’EPO (Excès de Prélèvements Obligatoires).
Trop de contrôles.
Trop d’administrations inquisitrices.
Trop de défiance à l’égard de ceux qui travaillent dur et qui entreprennent.

Une société où la confiance n’existe plus.
Une France, à l’image de la Rome antique, en pleine décadence, d’où des mœurs dissolus, la prévarication des élites, la corruption, la création d’une oligarchie au dessus des lois… ce qui met en difficulté les policiers, les gendarmes, les juges… car allez appliquer les lois et réprimer les délits lorsque, dans le même temps, ceux qui gouvernent – en alternance- les violent ?

Il est légitime que le voleur de Mobylette qui est jugé, sente comme une injustice, comme deux poids, deux mesures !

Et notre projet breton et européen dans tout ça ?

La grande confiance dans la construction européenne s’émousse sérieusement chez nous, les Bretons.

Une Europe institutionnelle qui s’oppose aux droits légitimes à l’émancipation de la Catalogne, de l’Écosse.
Une Europe qui ne condamne pas, comme elle le devrait, un État français qui ne reconnait pas ses minorités nationales, qui porte atteinte à l’unité territoriale de la Bretagne, qui ne permet pas au plus grand nombre d’apprendre sa langue, que ce soit pour les peuples de l’Hexagone ou pour les minorités issues de l’immigration.
Ce mépris pour tout ce qui n’est pas dans la norme française, pour ce qui ne représente pas la France au singulier : une langue, une histoire, une culture… crée le rejet de ce système de façon plus ou moins violente.

Il faut faire le rapprochement entre ces 8500 commerces qui ont fermé en 2013 et ce système liberticide que nous subissons.

Pour fonctionner, l’État français a besoin de beaucoup de moyens, d’une armée de fonctionnaires, sans parler de la surveillance des populations qui nécessite d’énormes moyens dignes de la Stasi.
Avec les élus et les hauts fonctionnaires, ce secteur public constitue l’armée des redevables, des conservateurs corporatistes qui s’accrochent au système.
L’autre partie de la population est amenée à subir le coût de fonctionnement du système en étant toujours davantage ponctionnée, ponctionnée jusqu’à la mort économique.
Toute similitude avec les ex- pays communistes de l’ex Europe de l’Est  est à faire.

Rappelons-nous les yeux hagards, les pleures et les visages hébétés des membres de la nomenklatura est-allemande lorsque le mur de Berlin s’est effondré.
Leur monde disparaissait avec la protection et les avantages qu’il leur apportait.
Dans le même temps la liberté naissait. La liberté individuelle est la première des libertés.
Quant à la marginalisation des dissidents politiques, elle est la première caractéristique d’un système liberticide basé sur une normalité qui, en ce qui concerne les Bretons, Basques, Corses etc, est une normalité française qui s’érige en système politique et  nous classe comme déviants.

Notre existence même n’est donc que tolérée et toute revendication et affirmation de notre existence en tant que peuple ou nation est systématiquement combattue.
Le système républicain français ne peut survivre éternellement dans ces conditions. Déjà, des régions entières se meurent. L’Etat concentre ses derniers moyens sur l’Ile de France, le grand Paris.

Nous aurons notre printemps breton. Les Bonnets Rouges dignes héritiers de leurs ancêtres du XVII é siècle montrent la voie. Les Bonnets Rouges montrent l’entêtement d’un peuple à vivre et à se révolter contre l’injustice, que ce soit contre un roi français ou une république française, dès lors que ce pouvoir est arbitraire, inique et liberticide.

En 2015 cela fera 340 ans tout juste que la révolte des Bonnets Rouges éclatait dans notre Pays.
En être les dignes héritiers démontre qu’un peuple à travers les siècles a toujours les moyens de faire souffler le vent de la liberté.

Les Bonnets Rouges 340 ans, la République française 223 ans… en 2015 nous serons très enthousiastes pour fêter cet anniversaire. Je pressens que l’enthousiasme de l’autre côté aura comme une atmosphère identique à celle qu’il y avait du côté du mur de Berlin avant qu’il ne s’effondre.

Leave a Comment